Coronavirus : un nouveau décret à propos concernant les personnes vulnérables fait polémique !

Un nouveau décret est paru, et il concerne les personnes vulnérables au Covid-19. Il s’agit de nouvelles dispositions qui ont été prises dans le cadre du travail…

Le Coronavirus ou COVID-19 se positionne actuellement, comme le mal du 21e siècle !
Le Coronavirus ou COVID-19 se positionne actuellement, comme le mal du 21e siècle !

Paru ce dimanche 30 août 2020, le nouveau décret vient annuler le certificat d’isolement pour les travailleurs qui vivent avec une personne vulnérable au . Malgré leur vulnérabilité, ces derniers ont désormais la possibilité d’avoir une activité de façon partielle, si leur médecin le leur permet.

En quoi consiste le nouveau décret pour les personnes vulnérables ?

Depuis le 1er mai, aussi bien les personnes vulnérables au Covid-19 que les personnes qui cohabitent avec elles, peuvent avoir droit à un certificat d’isolement. Il s’agit là de l’attestation à transmettre à l’employeur, et qui leur permet d’être en arrêt maladie, tout en étant indemnisé.

Le nouveau décret sorti le 30 août 2020, vient modifier les choses. Dorénavant, le certificat d’isolement n’est plus valable pour les employés qui vivent avec une personne vulnérable. Comme annoncé, ceux qui sont considérées comme personnes vulnérables, pourront quant à elles continuer à travailler partiellement, mais sur prescription médicale.

Notons que les certificats d’isolement n’étaient valables que jusqu’au 31 août 2020. Un décret concernant les salariés qui travaillaient à domicile, était paru vers la mi-août, mais ce nouveau décret prend en compte tous les salariés.

Jusque-là, ceux qui partageaient la même demeure que ceux dits vulnérables, avaient la possibilité de pouvoir profiter d’un chômage partiel, ou d’un dispositif d’activité. Le nouveau décret vient annuler ce fait, et les salariés qui cohabitent avec les personnes vulnérables, ne peuvent plus avoir droit à ces avantages dorénavant. Toutefois, d’après le ministère du Travail, il est quand même préférable de privilégier le télétravail lorsque cela est possible.

Quelles sont les personnes vulnérables et comment limiter les risques ?

Déjà, c’est sur prescription de leur médecin, que les personnes qui sont vulnérables auront la possibilité de toujours prétendre au dispositif d’activité partielle. Plusieurs catégories de personnes sont concernées, dont celles qui sont atteintes de cancer évolutif, et qui sont donc sous un traitement hors hormonothérapie.

Toute personne dont l’âge est de 65 ans ou plus, et qui souffre de diabète et d’obésité combiné, ou qui souffre de complications micro ou macro vasculaires, est également considérée comme une personne vulnérable.

Il en va de même pour ceux qui souffrent d’une immunodépression congénitale ou acquise. Cela peut avoir plusieurs causes dont un traitement médical, une greffe d’organe ou de cellules souches hématopoïétiques, etc.

Les personnes mises sous dialyse ou qui souffrent d’une insuffisance rénale chronique sévère, sont aussi des personnes vulnérables au coronavirus. Toutes ces catégories de personnes ont la possibilité d’être mises en situation d’activité partielle. Pour cela, il leur suffit de présenter à leur employeur, un certificat fourni par leur médecin.

Etant donné qu’il y ait des personnes fragiles qui reprennent le travail, il est nécessaire de limiter les risques sur leur lieu de travail. Pour ce faire, il y a un document du ministère qui préconise qu’il faut des mesures de protection complémentaires pour renforcer peut-être ceux qui sont déjà mis en place, tout en assurant également des conditions de sécurité renforcée.

Cela prend en compte une plus grande vigilance concernant l’hygiène des mains, la disponibilité des masques chirurgicaux. Notons d’ailleurs qu’à partir du 1er septembre, le port du masque sera obligatoire dans chaque entreprise. Autre mesure de sécurité, il faudra un aménagement du poste de travail, de sorte à limiter au maximum les risques.

Pour les salariés qui sont vulnérables au point de risquer une forme grave de coronavirus, il leur suffit de contacter la médecine du travail, afin que leur retour au travail soit préparé, pour que les risques soient minimisés le plus possible.


Jennifer Labracuol

Jennifer Labracuol

Je suis particulièrement intéressée par l'actualité people et politique, deux sujets pourtant diamétralement opposés ! Je partage donc mon avis régulièrement dans mes articles.