Covid-19 : une 3ème vague silencieuse a des possibles effets sur le cerveau !

Alors que l’on pourrait presque énumérer les symptômes du COVID-19 de mémoire, on apprend maintenant que le virus pourrait causer des troubles neurologiques plus durables…

La covid-19 en 3D

Les troubles de la vigilance, les maux de tête et les grosses migraines étaient monnaie courante à cause du covid-19, pourtant, certaines hypothèses voient le jour dernièrement. On parle maintenant d’une future “vague silencieuse” de troubles neurologiques à cause du covid-19.

Le Covid-19 et ses multiples symptômes

Alors que la plupart des pays, après un été à profiter du soleil, ont dû subir les conséquences de cette liberté au travers d’une 2d vague, des scientifiques australiens prévoient déjà l’arrivée d’une 3e vague de covid-19. Ces derniers pensent également que de possibles troubles neurologiques associés au virus seront de plus en plus courants dans le futur…

Des nouvelles qui sont loin d’être réjouissantes, mais qui, rappelons-le, reste encore du domaine de l’hypothèse.

Rappelons que le symptôme le plus courant des patients atteints par le est avant tout la détresse respiratoire, mais beaucoup d’autres patients ont également évoqué avoir souffert de troubles neurologiques allant de l’asomnie (une perte partielle ou totale de l’odorat) à l’encéphalite (une inflammation aiguë du cerveau). 

SARS-CoV-2 : un virus neurotrope qui affecte le cerveau

Les virus appartenant à la grande famille des coronavirus sont connus pour leur capacité à infecter les cellules nerveuses par le biais de différentes voies, on parle de neurotropisme.

Au vu des symptômes neurologiques qui ont été recensés chez différents patients porteurs du Covid-19, il semblerait que cela soit également le cas du SARS-CoV-2, faisant de lui un virus neurotrope

Cela a d’ailleurs été validé par le cas isolé d’une patiente de 25 ans testée positive au SARS-CoV-2 qui n’avait pas de fièvre, des symptômes respiratoires modérés, mais qui a revanche présentait une perte totale de l’odorat.

Les chercheurs ont alors décidé de réaliser une IRM de son cerveau et ont alors mis en évidence une altération d’une région spécifique située dans le cortex cérébral près du bulbe olfactif. Une altération qui s’est par la suite résorbée après 28 jours.

Sur la base de cette IRM, des chercheurs du Florey Institute of Neuroscience and Mental Health en Australie suggèrent que la pandémie pourrait éventuellement se prolonger sous une nouvelle forme.

Une 3e vague serait donc potentiellement à attendre, mais celle-ci ne se traduira pas forcément par des infections, mais par de maladies neurodégénératives comme la maladie de Parkinson.

Le coronavirus, un déclencheur de la maladie de Parkinson ?

Pour rappel, la maladie de Parkinson est une maladie neuro dégénérative à évolution lente. Son apparition est généralement marquée par des tremblements légers, mais incontrôlables qui évoluent progressivement vers des troubles cognitifs plus profonds.

À ce jour, on ne connaît pas encore les causes réelles qui provoquent l’apparition de cette maladie neuro dégénérative, mais les hypothèses pointent vers de multiples facteurs, comme par exemple l’inflammation des neurones.

Et parmi les hypothèses émises qui tentent d’expliquer l’origine d’une telle inflammation, on retrouve justement l’hypothèse virale.

Dans la famille des virus provoquant des complications au niveau neurologique le covid-19 est loin de faire exception. On peut par exemple citer le virus Zika, associé au syndrome de Guillain-Barré

En ce qui concerne Parkinson, le virus Coxsackie était déjà soupçonné de favoriser l’apparition de la maladie, mais cela n’a encore jamais été totalement prouvé.

Une future 3e vague déjà attendue

Beaucoup de patient qui ont contracté le virus, annoncent aujourd’hui en ressentir encore les séquelles, même si ces derniers sont officiellement guéris.

Ces observations viennent s’ajouter aux études des chercheurs australiens qui craignent l’arrivée d’une 3e vague sous la forme de troubles neurologiques.

Si les études se poursuivent dans cette direction, il est possible que l’on découvre à long terme que le Covid-19 serait associé aux dégradations cognitives caractéristiques de la maladie de Parkinson ou des syndromes parkinsoniens.

Pour confirmer leurs hypothèses et continuer leurs études, la plupart des scientifiques ont d’ailleurs proposé la création d’un registre de patients infectés ayant vécu des symptômes neurologiques comme l’asomnie. De cette manière, il leur sera plus facile d’étudier l’évolution de ses divers symptômes dans le temps et le potentiel aboutissement à une maladie neurodégénérative.

En attendant, pas de panique, ces informations sont encore à l’état d’hypothèse.

 

 


Arielle Cardin

Arielle Cardin

Passionnée par l'écriture depuis mon plus jeune âge et maman de deux enfants, je partage aujourd'hui mon temps entre la rédaction de news people et ma vie de famille !