Meghan Markle projette de devenir Présidente des États-Unis ? Elle se lance dans un activisme politique !

Meghan Markle songerait à devenir présidente des États-Unis. N’ayant plus d’obligation envers la royauté britannique, la duchesse de Sussex renforce chaque jour davantage sa position sur la scène politique de son pays d’origine.

« Elle a des vues sur la présidence américaine. Elle incarne le rêve américain »

Tout le monde a le droit de rêver. Toutefois, il y a ceux qui parviennent à réaliser leurs rêves, et il y a ceux qui vont bien au-delà. C’est le cas de Meghan Markle  qui serait sur le point de s’engager afin de réaliser la sienne. En effet, la duchesse de ambitionnerait de présider les États-Unis. C’est un de ses amis proches qui en a fait la confidence aux journalistes du magazine américain Vanity Fair le 24 septembre dernier. C’est ce qui expliquerait la présence de plus en plus remarquée de la duchesse sur la scène politique américaine ces temps-ci.

L’ami de Meghan Markle a expliqué que cette dernière a de grandes ambitions politiques qu’elle entend bien réaliser dans son pays. C’est la raison pour laquelle sa nationalité américaine lui était si chère. En effet, la duchesse de Sussex a beaucoup fait parler d’elle lorsqu’elle avait renoncé à son passeport britannique pour rester une citoyenne américaine à part entière. De plus, la source a ajouté que dans l’éventualité où Meghan et Harry renonçaient définitivement à leurs titres un jour, la duchesse de Sussex envisagerait sérieusement de se lancer à la course à la magistrature suprême des États-Unis.

Par ailleurs, Omid Scobie, auteur du livre intitulé Finding Freedom, a déjà évoqué cette ambition de l’ex- américaine en 2019. « Elle a des vues sur la présidence américaine. Meghan incarne le rêve américain. Un jour, on pourrait la voir devenir présidente » disait-il dans un documentaire diffusé sur la chaîne True Royalty. Alors, peut-on s’attendre à une éventuelle candidature de la duchesse de Sussex à la présidentielle Américaine de 2024 ? Il faut patienter pour le savoir.

En effet, interrogé par les journalistes de Vanity Fair, un proche collaborateur de Meghan Markle a dit que cette dernière n’a aucune intention politique. Il s’est exprimé comme suit : « Bien qu’il soit indéniable qu’elle s’intéresse et s’engage dans la politique en tant que sujet, elle n’a aucune ambition de se lancer elle-même dans une carrière politique ».

View this post on Instagram

✨❤️ Harry and Meghan urge action against hate speech ahead of US election – The Duke and Duchess of Sussex have weighed in on the upcoming US presidential vote, urging people to reject online negativity and hate speech as what Meghan described as "the most important election of our lifetime" approaches. Harry and Meghan called on viewers around the world to act with compassion in both the physical and digital worlds, use their voices, be engaged within their communities and the civic process, and care for one another, according to their representatives. "When one person buys into negativity online, the effects are felt exponentially. It's time to not only reflect, but act," said Harry in his video remarks. "As we approach this November, it's vital that we reject hate speech, misinformation, and online negativity. What we consume, what we are exposed to, and what we engage with online, has a real effect on all of us," he said. "Every four years, we're told, 'This is the most important election of our lifetime.' But this one is," said Meghan. "When we vote our values are put into action, and our voices are heard."

A post shared by Meghan Markle 🔵 (@meghanmarkle_official) on

Une Meghan Markle totalement libre d’exprimer ses opinions

Pour l’heure, il est difficile de se prononcer avec certitude sur une éventuelle carrière politique de Meghan Markle. Toutefois, l’implication de cette dernière dans l’élection présidentielle américaine d’aujourd’hui montre son intérêt pour le domaine. En effet, peu de temps seulement après avoir renoncé à ses engagements envers la royauté britannique, elle est retournée dans son pays d’origine. Depuis, elle y pratique un activisme politique s’apparentant à de multiples interventions engagées. Manifestement, la duchesse de Sussex profite à fond de sa nouvelle liberté après avoir été contrainte d’adopter une position neutre au sein de la royauté britannique.

View this post on Instagram

One year ago, Meghan was guest editor of the British vogue September 2019 issue ❤️ @britishvogue @meghanmarkle_official — “According to Editor-in-Chief Edward Enninful, Meghan Markle declined the offer to be featured on the cover of the issue. Instead, the royal opted to feature fifteen powerful and impactful women on the cover. The issue titled “Forces for Change,” Michelle Obama and Dr. Jane Goodall among others.” “Entitled “Forces for Change”, the September 2019 issue highlights a cast of brilliant female changemakers who are set to re-shape society in radical and positive ways. It was the first time a September issue of British Vogue has been co-edited. The cover has been photographed by Peter Lindbergh – his first for the magazine since September 1992 – and features 15 women from the worlds of politics, sport, and the arts, all of whom have made an inspiring impact on modern life.” —> the 16th slot, which appears as a mirror, was intended by Meghan to show how you are part of this collective moment of change too 🙌🏼❤️ @adwoaaboah @adutakech @somaliboxer @jacindaardern @thesineadburke @gemma_chan @lavernecox @janefonda @salmahayek @frankiegoestohayward @jameelajamilofficial @chimamanda_adichie @yarashahidi @gretathunberg @cturlington

A post shared by Meghan Markle 🔵 (@meghanmarkle_official) on

Ainsi libre d’exprimer ses opinions, Meghan Markle enchaîne les discours via des téléconférences qu’elle organise depuis sa résidence sise dans la localité de Santa Barbara. Cet été et durant le , son soutien en faveur du mouvement Black Lives Matter a été salué par de nombreux citoyens américains. Il en est de même pour son appel incitant ses compatriotes à voter pour le prochain scrutin présidentiel aux États-Unis.

Par ailleurs, ne s’étant jamais prononcée en faveur d’un candidat en particulier, l’ex-actrice américaine clame au changement. Cela pourrait-il sous-entendre une intention de vote en faveur du démocrate Joe Biden ? C’est fort probable. En tous cas, , visiblement au courant que la duchesse de 39 ans n’est pas une de ses admiratrices, n’a pas manqué de lancer une pique à cette dernière en disant : « Je ne suis pas un de ses fans. Je dirais ceci, et elle l’a certainement déjà entendu : je souhaite beaucoup de chance à Harry. Il va en avoir grand besoin ».


Andrea Faure

Andrea Faure

Rédactrice web depuis 10, je vis pleinement ma passion en travaillant pour plusieurs médias. Je suis également une grande passionnée de voyages, je n'hésite donc pas à partir à l'aventure dans des pays lointains dès que j'en ai l'occasion !